Mobilité quotidienne et territoires, enjeu de la République

Le 18 janvier 2017, le Laboratoire de la Mobilité inclusive accueillait les Quatrièmes Rencontres de la Mobilité inclusive à l’immeuble Jacques Chaban-Delmas, 101 rue de l’Université, Paris 7e.

Près de 300 acteurs issus de la société civile, de la sphère publique et du secteur privé ont répondu présent à cette journée placée sous le haut patronage de Monsieur François Hollande, Président de la République.

Cette année, Ségolène Neuville, Secrétaire d’État auprès de la ministre des Affaires sociales et de la Santé, chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l’exclusion, et Olivier Faure, député de Seine-et-Marne, président du Haut Comité de la qualité de service dans les transports, nous ont fait l’honneur d’introduire ces Rencontres, placées sous le thème thème « Mobilité quotidienne et territoires, enjeu de la République ».

Ségolène Neuville, Secrétaire d’État auprès de la ministre des Affaires sociales et de la Santé, chargée des Personnes handicapées et de la Lutte contre l’exclusion
Olivier Faure, député de Seine-et-Marne, président du Haut Comité de la qualité de service dans les transports

La priorité du Laboratoire de la Mobilité inclusive est de « promouvoir des solutions qui peuvent être innovantes et que nous allons construire ensemble aujourd’hui » explique Manoelle Lepoutre, directrice Engagement Société Civile de Total.

« Nous devons agir ensemble, acteurs privés, pouvoirs publics et associations pour participer au changement afin que nos territoires ne soient plus enclavés et que chaque citoyen soit en mesure de choisir et non pas de subir sa mobilité » a déclaré Florence Gilbert, présidente du Laboratoire de la Mobilité inclusive et directrice générale de Wimoov.

Manoelle Lepoutre, directrice Engagement Société Civile de Total et Florence Gilbert, présidente du Laboratoire de la Mobilité inclusive et directrice générale de Wimoov

Enquête « Mobilité et accès à l’emploi »

    Le Laboratoire a présenté les résultats de son enquête « Mobilité et accès à l’emploi » menée par l’institut Elabe pour mesurer l’impact de la mobilité dans l’insertion professionnelle. Quelques grands chiffres en sont ressortis :

    • 1 Français sur 5 a déjà renoncé à un entretien d’embauche ou à se rendre dans une structure d’aide à la recherche d’emploi du fait des difficultés de mobilité pour s’y rendre
    • 1 Français sur 4 a déjà renoncé à un emploi du fait des difficultés de mobilité pour s’y rendre
    • 86% des Français estiment que les problèmes de mobilité quotidienne sont un frein à l’emploi
Enquête réalisée par l’institut Elabe du 5 au 9 décembre 2016 auprès d’un échantillon de 1003 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, interrogé par Internet.

Damien Desjonquères, vice-président du Laboratoire a présenté 5 recommandations à tirer de ces résultats :

1. Renforcer l’apprentissage de la mobilité dès l’école

2. Simplifier et coordonner les aides à la mobilité

3. Prendre en compte le numérique qui impacte le choix à la mobilité et le choix du service à distance

4. Faciliter la coopération entre acteurs du transport, de l’insertion sociale, de l’ESS

5. Intégrer un volet mobilité inclusive aux politiques de transport

La journée s’est poursuivie par une série de tables rondes autour des thèmes suivants :

La mobililté en territoire péri-urbain

Francisco Luciano, directeur de The Shift Project, un think tank qui réfléchit sur les solutions pour réduire notre dépendance aux fossiles dans les zones à moyenne densité, a fait part de quelques pistes de réflexion : encourager le vélo, le covoiturage et la vie de proximité. Inclusion et climat sont fortement liés dans les solutions pour faciliter la mobilité.

Alexandre Bol a proposé, avec Koolicar, une autre solution aux difficultés de mobilité : la location de voitures entre particuliers.

Jean-Michel Morer, maire de Trilport, a expliqué que le manque de mobilité empêche l’accès au travail, mais aussi à la culture et aux loisirs. Selon lui, il faut penser « multimodalité », combiner différentes formes de mobilité, pour plus de souplesse et d’agilité dans nos déplacements.

Quelles solutions de mobilité en territoires ruraux ?

Thomas Jouannot, chargé d’études au Cerema, a indiqué que 50 % des déplacements font moins de 5 km dans les zones rurales. La marche et le vélo sont deux moyens qui devraient être mis plus en avant et optimisés grâce à des infrastructures attractives et sécurisées.

Thomas Jouannot, chargé d’études au Cerema

Avec Covoit’ici, Thomas Matagne a présenté un service de covoiturage adapté aux zones rurales. Ainsi, un trajet qui prendrait environ 1h en transports en commun ne prend plus que 20 mn en voiture. Les passagers peuvent rechercher un conducteur en indiquant leur destination à l’aide de bornes disposées dans la rue.

Le nouveau rôle des régions dans l’organisation de la mobilité

Marylise Lebranchu, ancienne ministre et députée du Finistère, Gilles Savary, député de Gironde, Valérie Lacroute, députée de Seine et Marne, Michel Neugnot, Association des Régions de France, président de la commission Transport, ont identifié différents axes d’amélioration, parmi lesquels :

• Un manque de connaissance des besoins de l’utilisateur,
• La nécessité de réintroduire le dialogue local, notamment dans les zones rurales,
• Le besoin de travailler sur le conseil à la mobilité pour accompagner et informer les populations vulnérables sur les solutions existantes.

 

Marylise Lebranchu, ancienne ministre et députée du Finistère
Valérie Lacroute, députée de Seine et Marne

Comment pérenniser la mobilité inclusive sur les territoires ?

Qui doit contribuer pour une mobilité accessible à tous ? Mécénat, crowdfunding, organisation publique-privée, appel à l’épargne, structures bénéficiaires des déplacements (hôpitaux, centres commerciaux… ), de nombreuses pistes de financement ont été évoquées. Au-delà, comment optimiser et connecter les services existants ?

Encourager les startups

Le Laboratoire de la Mobilité a également profité de cette journée pour remettre des prix à 3 startups :

• Bip Bop : lutter contre l’exclusion à travers la « mobilité inversée » qui consiste à venir en aide à des personnes en situation de handicap
• Covoit’Ici : stations de covoiturage connectées déployées pour former des lignes de covoiturage en zone rurale
• I Wheel Share : application mobile qui permet de réaliser un relevé de terrain par les personnes en situation de handicap, les aidants ou parents avec poussette